Toolbar
Logocdtheque
  • Layout
    Linear Layout
    Grid Layout
  • Categories

  • Archives

Wagner - Le Vaisseau Fantome

  • Compositeur : Richard Wagner
  • Chef d'Ochestre : Antal Dorati
  • Orchestre : Opera Royal House Covent Garden
  • Choeurs : Opera Royal House Covent Garden
  • Distribution : 
    • Le Hollandais- George London
    • Senta - Leonie Rysanek
    • Daland - Giorgio Tozzi
    • Erik - Karl Liebl
    • Mary - Rosalind Elias
    • Le Pilote - Richard lewis

 

"Cette version s'impose, pour l'énergie et la souplesse de la direction, pour l'équilibre des pupitres et des tempos, pour l'impact, pour la prise de son fantastique, effets spéciaux compris. Pour le sens de la narration surtout, Dorati raconte, il donne à voir, avec un sens infaillible des enchaînements." (Diapason 2013)

 

Qualités Techniques : 16/20
Référence :  DECCA
Année :  1960
Liens : Ecouter sur QOBUZ 

Wagner - Parsifal

  • Compositeur : Richard Wagner
  • Chef d'Ochestre : Herbert von Karajan
  • Orchestre : Berliner Philharmoniker
  • Choeurs : Chor der Deutschen Oper Berlin
  • Artistes : 
    • Amfortas - José van Dam
    • Titurel - Victor von Halem
    • Gurnemanz - Kurt Moll
    • Parsifal - Peter Hofmann
    • Klingsor - Siegmund Nimsgern
    • Kundry - Dunja Vejzovic
    • Altsolo - Hanna Schwarz
    • Gralsritter - Claes Håkan Ahnsjö
    • Gralsritter - Kurt Rydl
    • Knappe - Marjon Lambriks
    • Knappe - Anne Gjevang
    • Knappe - Heiner Hopfner
    • Knappe - Georg Tichy
    • Blume - Barbara Hendricks
    • Blume - Jannet Perry
    • Blume - Doris Soffel
    • Blume - Inga Nielsen
    • Blume - Audrey Michael
    • Blume - Rohangiz Yachmi

 

Certes, les deux protagonistes, Parsifal et Kundry, sont vocalement fatigués et dramatiquement hors sujet. Mais, il ne faut sous aucun prétexte se passer de cet enregistrement. D'abord Kurt Moll et José Van Dam sont à se damner : de la pure magie. Leur interprétation est digne de l'île déserte. Par ailleurs, Karajan joue les sorciers : écoutez pour vous en convaincre la fin de l'acte I. Le chef ensorcele son orchestre (et nous avec) et nous transporte sur des sommets de poésie jamais égalé. Un rêve éveillé. Karajan se regarde le numbril ? Qu'importe quand le résultat est aussi exceptionnel !

 

Qualités Techniques : 14/20
Référence :  DG
Année :  décembre 1979 - janvier/avril/juillet 1980
Liens :