Toolbar
Logocdtheque
  • Categories

  • Archives

05 Avr 2013

Marillion :

  • Fish : Chant
  • Steve Rothery : Guitare
  • Mark Kelly : Claviers
  • Pete Trewavas : Basse
  • Ian Mosley : Batterie

 

"Quatrième album studio, et nouveau programme conceptuel (en fait l’histoire d’un chanteur alcoolique, égaré dans un groupe sans succès, et fourvoyé dans un mariage désormais sans amour, tout parallèle étant évidemment fortuit), Clutching At Straws est un disque qui se regarde, avant de s’écouter.

Figurent en effet sur les différentes illustrations de la pochette rien moins, et entre autres, que John Lennon, l’écrivain Jack Kerouac, ou l’acteur James Dean. Ce qui, cela reste utile à signaler, n’offre strictement aucune information sur le contenu mélodique et harmonique des compositions. On sera gré à cette œuvre particulièrement autobiographique (et qui ne précède que de quelques mois le départ de Fish pour une erratique carrière en solitaire), de ménager quelques chansons en conscience directe avec l’époque.

Ainsi de « Torch Song », en alerte explicite face à la recrudescence de l’idéologie nazie dans l’Europe des années quatre-vingt. Toujours produit par Chris Kimsey, Clutching At Straws reste l’un des sommets commerciaux de la carrière de Marillion, et, assurément, un pic en matière de réalisation artistique. Mais sous l’absence de recul du chanteur (critiquant de façon acerbe le show business, et le statut de stars des musiciens, sans s’apercevoir qu’il a rallié le cheptel), pointe une névrose qui ne fera que croître et embellir, et débouchera sur la séparation sus-dite.

Certifié disque d’or, Clutching At Straws parviendra en deuxième position des charts britanniques (et à la cent-troisième des classements américains). Une édition augmentée et remastérisée offrira en 1998 l’habituelle cohorte (douze, au total) de versions alternatives, ou demos, de l’époque.

Christian Larrède - Copyright 2013 Music Story"

 

"Clutching At Straws est le 4ème album de Marillion. Il sort après une intense tournée durant 1986 pour promouvoir "Misplaced Chilhood". Cette tournée a été épuisante et le climat au sein du groupe est devenu très lourd. Pourtant les musiciens ne s'accordent guère de repos et repartent en studio dès le début de 1987 avec Chris Kimsey aux manettes. Ce nouveau disque sort en Juin 1987 et c'est encore un succès, particulièrement en GB il se place numéro 2 des ventes.

Cet album est le plus sombre de toute la discographie du groupe. Les tensions qui régnaient au sein du groupe y sont assez palpables, mais cela n'entache en rien sa qualité, cet opus étant une véritable perle noire. Le précèdent album traitait de l'enfance et du passage à l'âge adulte, celui-ci, sans être purement conceptuel, traite des déboires de ce même âge, notamment l'alcoolisme.

L'album débute par une suite remarquable ("Hôtel Hobbies" / "Warm Wet Circles" / "That Time Of The Night"). "Hôtel Hobbies" est une intro qui donne le ton. Elle est sombre mais très belle, une des plus belles de Marillion, "Warm Wet Circles" est une ballade mélancolique de toute beauté et "That Time Of The Night" qui enchaîne est tout aussi superbe et est rehaussée d'une voix féminine du plus bel effet.

Cet album marque une légère évolution pour le groupe avec des morceaux en majorité plus courts, plus pop-rock, très énergiques. "Just For The Record" ou "The Last Straw" en sont les exemples parfaits. D'autres magnifiques morceaux sont à signaler, comme les singles "Incommunicado" qui est une chanson simple et enjouée, et "Sugar Mice" qui reste une très belle ballade malgré son ton triste.

Marillion signe aussi un petit bijou progressif, "White Russians", qui tranche un peu avec les autres morceaux. Bien que assez heavy, ce titre regorge de subtilités. Le tout est magnifié par un Fish toujours aussi à l'aise.

On tient donc encore là un splendide album, peut être le plus accessible de l'ère Fish. Celui-ci achève donc sa carrière avec le groupe par une belle note. En effet, il le quitte en Septembre 1988, quelques mois après la tournée qui a duré 9 mois. Mais avant son départ, il enregistre l'ébauche d'un 5ème album. Ces sessions resteront cachées pendant plus de 10 ans, le groupe ne les révélant qu'en 1999 dans l'édition remasterisé du disque. On peut découvrir ces 7 titres sur le deuxième CD. Il faut noter que Marillion et Fish se sont servi de ces ébauches pour leurs albums respectifs, "Season's End" et "Vigil In The Wilderness Of Mirrors". On notera aussi un inédit très bon, "Tux On", bien dans le ton sombre du disque (ce titre était disponible sur la compilation sortie en 1988, "B-Sides Themselves", devenue difficile à dénicher), on trouve aussi des versions alternatives de morceaux ("Incommunicado" ou "Going Under"). La pochette, à nouveau signée Mark Wilkinson, tranche un peu avec les précédentes. Elle est sombre à l'instar du disque, mais elle est très réussie et illustre à merveille les paroles de Fish. Un album indispensable bénéficiant d'une version remasterisée exceptionnelle.

Chronique écrite par Noise"

 

Qualités Techniques :

13/20

préférer la version "remastered" 2009

Référence :  EMI
Année :  1987
Liens :  

 

 

Évaluer cet élément
(3 Votes)

Si ce CD vous a plu..